« Il suffit souvent d’un petit détail pour qu’un rêve se transforme en véritable cauchemar. »

Cogito ergo sum.

Ça ne vous est jamais arrivé de réfléchir et de vous dire que les choses auraient pu être différentes dans un futur alternatif? Je suppose que oui, puisque en tant qu’humain nous avons tous une tendance commune à vouloir tout maîtriser, tout comprendre, tout savoir. Par ailleurs, il est courant de cogiter sur tout ce qui pourrait être différent si nous avions fait un autre choix dans tel ou tel domaine. Il est vrai que certains choix dans notre vie influent directement sur la personne que l’on sera donc on peut se demander ou bien même essayer de voir le nombre de choses qu’on aurait pu vivre ou connaitre, juste en donnant une réponse différente. Je ne sais pas si on appelle cela un regret mais dans certaines situations, se demander si les choses auraient pu être différentes fait un peu de bien à l’esprit. D’après Wikipédia (merci Google ^^), le regret est une réaction émotionnelle consciencieuse et négative concernant des actes et comportements personnels du passé. Le regret est souvent ressenti lors d’un chagrin, d’une honte, d’un embarras, d’une dépression, d’ennui ou de culpabilité après avoir commis une ou plusieurs actions qu’un individu souhaite plus tard ne pas avoir faites. À la différence du remord qui quand à lui est une expression émotionnelle de regret personnel ressentie par un individu après avoir commis un acte qui est conduit à être honteux, blessant ou violent. Le remords est très proche de la culpabilité et d’un auto-ressentiment.

Maintenant que la différence entre le regret et le remord (pour ceux qui ne savaient pas maintenant vous n’avez plus d’excuses) est faite, j’aimerais comprendre pourquoi ça m’obsède tant. Récemment j’ai commencé à réfléchir ardemment sur la majorité des grands choix que j’ai pu faire dans ma vie et je me suis demandé est-ce que je serai vraiment différent si j’avais fait d’autres choix. Certains pensent que le « destin » a fait les choses de cette manière mais moi je suis plutôt un adepte de « tout événement imprévu arrive à tous », je m’explique. Je pars du principe où chacun naît de façon « totalement aléatoire » nous n’avons pas de vie prédestiné à vivre. En grandissant, en apprenant des choses, en vivant et en faisant des choix bons ou mauvais nous déterminons quel genre de personnes nous serons dans le futur. Tout cela associé au contexte culturel, religieux et au patrimoine que les parents nous ont légués. À partir de cela, je considère que nous sommes les propres écrivains de notre vie. Certains font plus de fautes que d’autres, certains copient mais tout ça dans un but commun, trouver le bonheur.

Ce genre de réflexions amène rapidement à se poser de nombreuses questions qui peut-être resteront sans réponses du moins pour le moment.

Cogito ergo sum.